Halima Aden quitte l’industrie de la mode pour la… religion

Le mannequin américain d’origine somalienne, Halima Aden, a déclaré qu’elle quittait les défilés de mode parce que l’industrie l’avait forcée à s’éloigner de ses croyances religieuses. La jeune femme de 23 ans de confession musulmane a expliqué comment son travail l’éloignait davantage de son identité.

« Je ne peux que me reprocher de me soucier davantage des opportunités que de ce qui était réellement en jeu », a écrit Halima Aden, l’un des premiers mannequins à porter un hijab tout en représentant des méga marques de mode. « J’éprouvais un sentiment d’être une minorité au sein d’une minorité ». « Là où je blâme l’industrie est le manque de stylistes musulmanes », a-t-elle reproché.

Malgré son succès en tant que femme musulmane noire dans l’industrie, Halima Aden a déclaré qu’elle se sentait souvent sous pression, car elle se sentait mal à l’aise, pendant les séances photos. Elle a déclaré qu’une pause due à la pandémie de Coronavirus en cours lui avait « ouvert » les yeux. « J’ai enfin réalisé où je me suis trompé dans mon voyage personnel avec le hijab », a déclaré Aden, qui est née dans un camp de réfugiés au Kenya et a déménagé aux États-Unis à l’âge de 7 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *